Musique

Musique sous l’éteignoir

Le retour au pouvoir des talibans menace les libertés fondamentales et la vie artistique. Folklore, orchestres classiques et pop music sont une nouvelle fois réduits au silence.
Musique sous l’éteignoir
En janvier 2013, à l’Institut national de musique d’Afghanistan, des élèves de 10 à 22 ans dont beaucoup ont grandi dans la rue ou sont orphelin·es répètent en vue d’une tournée aux Etats-Unis. KEYSTONE
Afghanistan

Samedi 4 septembre 2021, le ciel est radieux mais les cœurs sont lourds. Devant le Palais Wilson à Genève, un demi-millier de personnes ont répondu à l’appel du Comité des jeunes Afghanes et Afghans de Suisse pour réclamer l’accueil des réfugié·es qui fuient les talibans et exiger le respect des droits humains, en particulier ceux acquis par les femmes afghanes ces dernières années. «Free Afghanistan», «L’asile est un droit»… Les pancartes sont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion