International

Impossible arbitrage en Tunisie

En l’absence de Cour constitutionnelle, plombée par les député·es, la crise tunisienne s’enlise.  
Impossible arbitrage en Tunisie
L’absence de Cour constitutionnelle arrange le chef de l’Etat, alors qu’il a subitement gelé, dimanche, les travaux du parlement, déployant l’armée autour du palais du Bardo pour en barrer l’accès aux députés. KEYSTONE
Tunisie

Elle devait servir de clé de voûte à la IIe République. Mais la Cour constitutionnelle, arbitre suprême des conflits institutionnels, n’a jamais vu le jour. Ce trou béant fragilise depuis des années l’édifice démocratique tunisien, bâti après la révolution de 2011. Depuis dimanche, il s’est même sérieusement lézardé. Le coup de force du président Kaïs Saïed, dimanche, qui a suspendu l’activité du parlement, limogé le chef du gouvernement et s’est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion