International

Pour la gauche, le crime ne paie pas

Face à la recrudescence des crimes violents aux Etats-Unis, l’aile progressiste des démocrates est accusée de fermer les yeux sur le problème, qui touche pourtant les communautés les plus démunies.
Pour la gauche, le crime ne paie pas
Chicago, le 18 avril. Depuis le début de la pandémie, la violence dans les grandes villes étasuniennes a connu une hausse vertigineuse. KEYSTONE
États-Unis

Toute vérité n’est pas bonne à dire, y compris pour la gauche étasunienne. Alors que les chiffres de la criminalité augmentent fortement aux quatre coins du pays, la frange progressiste du Parti démocrate se voit de plus en plus reprocher son silence sur la question. Et ce jusque dans les urnes: la semaine dernière, la primaire démocrate pour l’élection du maire de New York a consacré le rejet de plusieurs

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion