Livres

Ce trop-plein de manuscrits

Les Français·es lisent moins, mais sont toujours autant à vouloir être publié·es. Pour les maisons d’édition, c’en est trop: il faudra attendre avant d’envoyer sa prose.
Ce trop-plein de manuscrits
Le stand Gallimard au Salon du livre de Genève, en 2019. KEYSTONE
Edition

«Compte tenu des circonstances exceptionnelles, nous vous demandons de surseoir à l’envoi des manuscrits. Prenez soin de vous toujours et bonnes lectures», écrit Gallimard, l’un des plus célèbres éditeurs de la place de Paris, sur son site Internet. Ce conseil, apparu début avril, a ensuite été relayé sur Twitter. Pas sûr qu’il soit suivi unanimement, mais pour accroître ses chances, mieux vaut s’y plier. Et patienter. Le contexte est assez

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion