Arts plastiques

Sandrine Pelletier, mikado brasero à la Ferme-Asile

La plasticienne ­lausannoise ­installe une ­formidable cascade de poutres calcinées dans le centre d’art contemporain sédunois.
Sandrine Pelletier, mikado brasero à la Ferme-Asile
L’installation au cœur de «Cascades», à la Ferme-Asile. OLIVIER LOVEY
Expo

Il fallait oser: sous l’imposante charpente de la Ferme-Asile, à Sion, Sandrine Pelletier a produit un double, négatif de l’endroit lui-même. Une structure miroir en mauvaise posture car largement carbonisée, dont on soupçonnerait presque qu’elle fume ­encore, sous les spots aux effets dramatiques de la grange. Celles et ceux qui connaissent la plasticienne le savent, côté matières malmenées, elle n’en est pas à son coup d’essai. Impossible d’oublier ses longues

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion