Religions

Une Romande à la tête des protestants de Suisse?

La théologienne et pasteure de l’Église réformée vaudoise Isabelle Graesslé se présente à la présidence de l’Église réformée de Suisse. Un poste vacant depuis la démission de Gottfried Locher en mai dernier à la suite d’une plainte pour affaire de mœurs. Interview.
Une Romande à la tête des protestants de Suisse?
«Je ne suis pas une théologienne de cabinet. Je suis aussi une praticienne de l’Église», affirme Isabelle Graesslé. WIKIMEDIA/CC
Eglise réformée

Théologienne et pasteure, mais aussi ancienne directrice du Musée international de la Réforme, Isabelle Graesslé compte aujourd’hui mettre ses compétences au service d’un protestantisme helvétique à repenser. Elle se porte candidate à la présidence du Conseil de l’Église réformée de Suisse (EERS), avec le soutien de l’Église réformée vaudoise, son employeur actuel. Si la pasteure de 61 ans œuvre actuellement en terres vaudoises, la théologienne a roulé sa bosse. Première

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion