Livres

Mots encastrés

Son verbe est un démantèlement, son œuvre une transgression. Le radical Andréas Becker écrit pour la postérité.
Mots encastrés
De bon matin, l’auteur de "La Castration" sur une terrasse parisienne, à quelques pas de chez lui. TRD
Rencontre

Montparnasse, terrasse du café La Liberté, personne. Passent en habitués les fantômes de Sartre et Beckett. Enfin, Andréas Becker. En plein tournage de Gueules, film ins­piré de l’un de ses précédents livres, il s’est couché à 4 heures du matin, arrive quand il peut, commande un double café­-croissant puis s’éveille avec ­Paris, ce musée chaotique que son œuvre depuis peu visite par effraction. En l’attendant, installé dans le décor, on

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion