Livres

Asli Erdogan: «Sans la littérature, je serais vide»

L’auteure turque en exil Asli Erdogan donnait une conférence à Genève sur la liberté d’expression. L’occasion de la rencontrer pour parler littérature, oubliant un instant les persécutions qui la frappent.
«Sans la littérature, je serais vide»
«Le silence est présent dans toute mon écriture», confie Asli Erdogan. DR
Rencontre

Elle est née un 8 mars, journée internationale des femmes, et porte le même nom de famille que l’homme qui asservit son pays. Elle écoute, et son silence a une gravité poétique. Il est parole. Elle tire une bouffée de cigarette puis, d’une voix calme, profonde, livre son amour de la littérature, dont on lui parle moins ces derniers temps, depuis que sa vie a connu la prison, depuis que son

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion