Livres

«Il y a encore tant à faire»

Avec Fille, Camille Laurens longe les frontières de l’autobiographie et de la fiction pour disséquer la violence du patriarcat. Un roman qui s’annonce comme l’un des plus remarquables de la rentrée. Rencontre avec la présidente d’honneur du prochain Livre sur les quais.
«Il y a encore tant à faire»
Auteure d’une dizaine de romans, la Française Camille Laurens est l’une des grandes voix de ­l’auto­fiction. FRANCESCA MANTOVANI
Rentrée littéraire

Naître fille, c’est n’être garçon. Et de cette négation originelle, il faut grandir malgré la franche déception des parents. Se construire en ­inférieure, en «éternelle affiliée», en creux de ce masculin roi qui, comme le proclament la grammaire et la société, l’emporte sur le féminin. Rouen, années 1960. «Vous avez des enfants? Non, j’ai deux filles», répond le père de la narratrice, qui elle-même deviendra mère quelques décennies plus tard

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion