Genève

«Une fois officialisé, ça a dérangé»

Le projet 100Elles* a accolé des noms de femmes aux plaques de rues portant le patronyme d’un homme, pour questionner la place des femmes dans l’espace public et leur rôle dans l’histoire.
«Une fois officialisé, ça a dérangé»
Le projet intéresse d’autres villes, comme Lausanne ou Lyon, qui veulent s’en inspirer. JPDS
Série d'été "Sur un piédestal"

Début 2019, le canton de Genève comptait près de 600 rues portant le nom d’une personnalité ayant marqué son histoire. Mais parmi elles, on ne dénombrait que 41 femmes, pour 548 hommes. Soit moins de 7% du total des figures historiques ayant une artère à leur nom. Le groupe féministe l’Escouade lance alors, avec la collaboration d’historiennes de l’université de Genève et l’appui de la Ville, le projet 100Elles*. Dès

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion