Suisse

Un passé sous silence?

La Suisse a-t-elle tendance à cacher son passé trouble? Une partie des militants antiracistes et anticolonialistes le pensent et le voient comme un obstacle à leur cause.
Un passé sous silence?
Le 13 juillet dernier, les Neuchâtelois découvraient la statue de David de Pury, négociant qui avait fait fortune (au moins en partie) grâce au commerce triangulaire, maculée de peinture rouge sang. KEYSTONE
Série d'été "Sur un piédestal"

Dans le sillage des revendications des mouvements féministes, anticolonialistes et antiracistes, une partie de la société civile suisse réclame la remise en question des hommages – noms de rues, sommets ou encore statues – dont ont bénéficié des figures nationales au passé controversé. Très émotionnel, le débat s’est immédiatement polarisé. Les demandes de déboulonnage et autres actions coup de poing (la statue de David de Pury souillée par exemple) ont suscité l’incompréhension

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion