Neuchâtel

Chômage un jour, chômage toujours

L’après-crise Covid-19 fait surgir le spectre d’un chômage endémique à Neuchâtel.
Chômage un jour, chômage toujours
Dans le canton de Neuchâtel, l’horlogerie, qui emploie 16'000 personnes, était quasiment à l’arrêt au pic de la crise sanitaire. KEYSTONE
Coronavirus

Le risque est grand de voir des entreprises «alléger le bateau» dans l’horlogerie et l’industrie, selon Catherine Laubscher. Responsable régionale du syndicat Unia Neuchâtel, elle fait face depuis mars à une avalanche d’appels téléphoniques. «Des centaines par semaine» de personnes soucieuses pour leurs indemnités liées à leurs réductions d’horaires de travail (RHT), leurs vacances, leurs heures supplémentaires. «Notre secrétariat est devenu l’hôpital des travailleurs-euses.» Dans le canton, presque un-e salarié-e

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion