Suisse

Opérations non urgentes, mais importantes

Aucun hôpital n’aime reporter des opérations. Les raisons sont financières et sanitaires: les traitements dits «électifs» s’avèrent lucratifs, mais aussi appréciés sur le plan médical.
Opérations non urgentes, mais importantes
Le robot Da Vinci, utilisé pour la chirurgie viscérale, ne devrait, si possible, pas être au repos trop longtemps. KEYSTONE/ARCHIVES
Pandémie

Les soins intensifs sont très occupés et un mot d’ordre tourne en boucle: les hôpitaux sont appelés à abandonner les opérations non urgentes – dites «électives» – pour faire de la place aux patients atteints de Covid-19. Les regards se tournent vers les établissements alémaniques, notamment zurichois. Le fameux «corona-graben» entre les régions linguistiques? Pas si simple. L’attrait de «l’électif» n’a rien d’une spécificité alémanique. Très lucratives pour les hôpitaux,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion