Arts plastiques

Amours plastiques

Après une cinquantaine d’expositions dans son ­cabinet lausannois, l’infatigable chirurgienne Marie-Christine Gailloud-Matthieu poursuit en ligne son soutien aux artistes de la région.
Amours plastiques
«Vers 13-15 ans, je voulais faire Sience-Po et HEI, pour résoudre le conflit israélo-arabe.» OLIVIER VOGELSANG
Portraits de der

Presque tout est vendu. «Le plus souvent, ça part dans les heures qui suivent la mise en ligne. On propose désormais jusqu’à deux œuvres par jour, j’ai des post-it partout», souffle la Lausannoise Marie-Christine Gailloud-Matthieu, cheville ouvrière de «Covid-19 – Valentin 61 soutient les artistes indépendants», son initiative semi-virtuelle en faveur des plasticiens de la région. Histoire de pallier les expositions annulées et autres mauvaises surprises qui assomment les indépendants,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion