Musique

Une intense évocation de Lhasa

Dix ans après la disparition de l’iconique chanteuse québécoise, ses notes métisses s’incarnent dès vendredi sur les scènes romandes par la voix de Maria de la Paz. Rencontre.
Une intense évocation de Lhasa
Pour Maria de la Paz, «Lhasa était une autre sœur, mais choisie». ALAIN KISSLING
Concerts

Elle en rêvait depuis longtemps: ­aborder les chansons de Lhasa, sublime poétesse contemporaine américano-mexicaine ayant vécu au Québec, et les interpréter sans les trahir, tout en y insufflant son âme d’or et d’Argentine. En pédalant autour du Léman, quelques mois après son arrivée en Suisse, Maria de la Paz écoutait en boucle l’album La Llorona (la pleureuse), premier opus de Lhasa qui avait bouleversé la scène musicale internationale par sa

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion