Livres

Sur les monstres en Russie

La chercheuse genevoise Annick Morard dédie une thèse aux monstres russes et révèle leur imbrication dans l’histoire de la Russie.
Sur les monstres en Russie
"Ourod, autopsie culturelle des monstres en Russie". DR
Essai

«Monsieur n’est pas content parce qu’on l’a changé en humain?» Dans Cœur de chien, satire fantastique, Mikhaïl Boulgakov conte la mutation d’un chien en homme. L’improbable créature s’ajoute aux monstres russes. C’est sur ceux-ci qu’Annick Morard se concentre. La chercheuse genevoise leur dédie une thèse intitulée Ourod, autopsie culturelle des monstres en Russie. Le texte s’aère d’images de loubki, estampes de jadis, qui représentent un centaure, un satyre emplumé, etc.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion