Scène

Ceci n’est pas un Sérail

Au Grand Théâtre de Genève, Luk Perceval livre une méditation nostalgique sur les motifs de L’Enlèvement au sérail de Mozart.
Ceci n’est pas un Sérail
La proposition de Luk Perceval s’inscrit dans le décor épuré de Philip Bussmann. Carole Parodi
Opéra

«Détournement! Imposture! Houhouhou»! Un tonnerre de huées s’est abattu sur le metteur en scène Luk Perceval et l’écrivaine Asli Erdogan à l’issue de la première au Grand Théâtre de Genève de L’Enlèvement au Sérail. Nous sommes au XXIe siècle, l’opéra est un genre aussi sérieux que coûteux, et son public peine à se laisser emmener hors des sentiers battus; ou, dans le cas présent, rechigne à abandonner le sérail d’un

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion