Scène

Fantasio renaît de ses cendres

Dans une production plastiquement séduisante, le Grand Théâtre de Genève offre un opéra d’Offenbach longtemps oublié: Fantasio, d’après Alfred de Musset.
Katija Dragojevic est Fantasio. CAROLE PARODI
Opéra

Sur la couverture du programme, un macaron indique crânement: «Pour la première fois à Genève.» Et pour cause! En 1872, la création de Fantasio est un flop; l’œuvre est rapidement retirée de l’affiche et son infortune est ensuite consommée lorsque la partition conservée à l’Opéra Comique brûle avec la maison, en 1887, Madame la Marquise. Ce n’est qu’en 2012 que Jean-Christophe Keck, réunissant des fragments de manuscrits dispersés aux quatre

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion