Solidarité

Peur et vide en Bolivie

Au lendemain de l’annonce de la démission d’Evo Morales, la situation est explosive en Bolivie où opposants et partisans se mobilisent. Les opposants au coup d’Etat comptent leurs premiers morts. L’ex-président, qui appelle à éviter les affrontements, s’est réfugié au Mexique.
Peur et vide en Bolivie
Affrontement entre partisan d'Evo Morales et la police, ce lundi à La Paz. Keystone
Bolivie

«Nous démissionnons pour qu’ils ne continuent pas à brûler des maisons, à intimider et menacer nos familles.» Dimanche en fin d’après-midi, le président bolivien Evo Morales estimait être victime d’un coup d’Etat «civil-politique et militaire» de la part de la droite et de l’extrême droite. C’est après que l’armée et la police lui ont demandé de quitter le pouvoir – alors même que les domiciles de nombreux parlementaires et ministres

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion