Solidarité

Inquiétudes pour les détenus sahraouis

Claude Mangin, épouse du leader sahraoui Nâama Asfari, compte sur le Comité des Nations Unies contre la torture pour faire cesser les mauvais traitements des dix-neuf de Gdeim Izik.
Inquiétudes pour les détenus sahraouis
Les portes des prisons marocaines devront s’ouvrir prochainement pour la visite des enquêteurs onusiens (photo prétexte). KEYSTONE
Droits humains

Les représailles marocaines contre Claude Mangin et son mari, le militant sahraoui Nâama Asfari, inquiètent les experts onusiens. Sous l’impulsion de sa commissaire Ana Racu, le Comité des Nations Unies contre la torture (CAT) a annoncé cet été sa prochaine visite dans les prisons marocaines. Depuis 2016, et la condamnation de Rabat par cette instance onusienne, M. Asfari et ses dix-huit camarades ont vu leurs conditions de détention se dégrader. Purgeant

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion