International

Biden face au fantôme de Guantánamo

L’ONU rappelle ­l’illégalité du camp où croupissent toujours quarante prisonniers de la «guerre contre le terrorisme» de George W. Bush.
Biden face au fantôme de Guantánamo
A Bruxelles, des manifestants réclament la fermeture du centre de Guantanamo le 11 janvier dernier, jour anniversaire de son ouverture il y a dix-neuf ans. KEYSTONE
États-Unis

Bien qu’il n’évoque pas le sujet, le nouveau président étasunien va devoir cohabiter avec un vieux fantôme. Le centre de détention illégal de Guantanamo s’est d’ores et déjà invité à l’investiture de Joe Biden, à l’initiative d’un groupe d’experts et d’expertes de l’ONU, qui a choisi l’occasion pour lui rappeler «l’indignité» de ce camp sis sur la base militaire étasunienne de Cuba. A travers un communiqué émis le 11 janvier,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion