Suisse

Sauver des vies est une priorité

Le Conseil fédéral veut faciliter le don d’organes grâce au modèle du consentement présumé.
Sauver des vies est une priorité
Après un décès, lorsque l'équipe médicale s'enquiert de la possibilité de prélever un organe auprès des proches, le taux de refus est de 60%, soit deux fois plus que la moyenne européenne. KEYSTONE
Transplantation

Malgré d’innombrables campagnes de sensibilisation, la Suisse reste toujours à la traîne en matière de don d’organes. Après un décès, lorsque l’équipe médicale s’enquiert de la possibilité de prélever un organe auprès des proches, le taux de refus est de 60%. «C’est deux fois plus que la moyenne des pays européens», a déploré hier le chef du Département de l’intérieur, Alain Berset. Cette situation a un prix élevé en termes

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion