Genève

La Protection de l’adulte sous pression

A Genève, les employés du Service de protection des adultes (SPAd) dénoncent leurs conditions de travail délétères. «Le SPAd en feu», lisait-on jeudi sur une banderole.
La Protection de l’adulte sous pression
En huit ans, les dossiers traités seraient passés de 1700 à 3000, sans que le personnel n'ait été augmenté en conséquence. KEYSTONE (PHOTO PRETEXTE)
Aide sociale

Une agitation inhabituelle régnait jeudi matin devant l’entrée du Service de protection des adultes (SPAd). Une quarantaine d’employés – sur un total de 100 – se sont réunis lors d’une pause prolongée pour dénoncer l’évolution délétère de leurs conditions de travail. «Le SPAd en feu», pouvait-on lire sur une banderole. Absentéisme, démissions et burn-out inquiètent les Syndicats des services publics (SSP) et interprofessionnel de travailleuses et travailleurs (SIT). Le manque d’effectifs est

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion