Arts plastiques

En toute subjectivité

Avec «A Few Things I Cannot Leave Behind», le ­directeur du Centre d’art contemporain met en scène quelques œuvres estimées.
En toute subjectivité
Pétale brûlé à la cigarette dans la très belle vidéo "Bruciare" (1971). MARINELLA PIRELLI
Expo

C’est une exposition très personnelle. «J’ai imaginé une sorte de petite playlist intime d’œuvres que j’aime particulièrement», confie Andrea Bellini, dans les espaces du Centre d’art contemporain de Genève qu’il dirige. Des pièces qui ont marqué le ­curateur et dont la plus ancienne partage son année de naissance, 1971. Ego trip? Plutôt parenthèse sensible dans laquelle on est invité à flâner, exception collective dans une programmation d’habitude intéressée par les

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion