Arts plastiques

Une carte pour se perdre

En parallèle à ses Monuments, l’artiste Thomas Hirschhorn crée de grands plans, des Maps. L’un d’eux est à découvrir ces jours au Musée Jenisch.
Une carte pour se perdre
Thomas Hirschhorn et Marcus Steinweg, "The Map of Headlessness" (2011). MUSEE JENISCH/JULIEN GREMAUD
Exposition

Habitué des installations, des Monuments comme il les nomme dédiés à des personnes qu’il admire, Thomas Hirschhorn – Grand Prix suisse d’art l’an dernier – crée en parallèle des œuvres plus confidentielles, baptisées Maps. Souvent allié à son ami philosophe Marcus Steinweg pour les réaliser, le plasticien installé à Paris en a signé une douzaine à ce jour. Imposantes (elles se déploient sur quatre mètres de longueur), ces cartes servent

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion