Genève

Abus sexuels: «Le DIP ne savait pas»

Le rapport sur les abus sexuels ces trente dernière années dans le cadre scolaire ne pointe aucun dysfonctionnement, y compris concernant Tariq Ramadan. Le DIP a failli, reconnaît toutefois le Conseil d’Etat.
Abus sexuels: «Le DIP ne savait pas»
Les anciens juges Michel Lachat et Quynh Steiner Schmid lors de la présentation de leur rapport à la presse. CÉDRIC VINCENSINI
École

«Il n’y a aucune tête à couper, car nous n’avons constaté aucun dysfonctionnement dans la mesure où le DIP (Département de l’instruction publique, ndlr) a toujours donné suite aux plaintes formulées par les victimes elles-mêmes.» Mercredi, Michel Lachat a résumé par ces mots le rapport que lui et Quynh Steiner Schmid, tous deux anciens juges, ont réalisé à propos des abus sexuels subis par des élèves ces trente dernières années

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion