Scène

A la mémoire de nos mères

A la Parfumerie, à Genève, Le Chœur des femmes dresse un portrait kaléidoscopique de la figure maternelle et de la relation fille-mère. Poignant et auto-ironique.
A la mémoire de nos mères
«Pourquoi ça serait si fou de pas vouloir d’enfants quand certains congèlent les leurs?». RICCARDO WILLIG
Théâtre

«Comme la mère, la mer peut être englobante, dévoratrice, violente et envahissante, mais en même temps elle est fascinante, incontournable, nourricière et douce», écrit Lia van de Biezenbos à propos des fantasmes maternels chez Duras. Ces intuitions ne forgent qu’une part de ce qu’enfante, avec bonheur et drôlerie, Le Chœur de femmes imaginé par la brechtienne et vibrante Michele Millner. Un spectacle pertinent, et fécond en retours sur soi, pour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion