Musique

Quiet Island, transition douce

Le quatuor genevois crée une pop onirique où ses voix s’harmonisent à merveille. Son deuxième album, Telescope, fait le point sur un flottement existentiel.
Quiet Island, transition douce
Laurent Zito, Louise Meynard, Julien Dinkel et Julien Henchoz ont d'abord formé The Postmen avant d'opter pour un nom moins connoté sixties. GABRIEL ASPER
Pop

Au commencement étaient les Postmen. Quatre musiciens à peine entrés dans la vingtaine qui harmonisaient leurs voix à la perfection, à la manière de Simon and Garfunkel, Crosby, Stills & Nash, des Beach Boys et autres icônes solaires des sixties. Mais son premier album autoproduit (Desert of Joy, 2012), le quatuor genevois l’a rapidement trouvé trop classique, trop appliqué. Insatisfait? Perfectionniste, sans aucun doute. L’album suivant, en 2015, était publié

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion