Livres

La littérature au faciès

Sarah Burnautzki dévoile les ­mécanismes de la domination racialisée à l’œuvre de manière invisible dans le champ littéraire français.
La littérature au faciès
Essai

Des questions en apparence purement littéraires voilent souvent des enjeux politiques inavoués. Telle est l’hypothèse que développe Sarah Burnautzki, docteure en littérature française et en anthropologie sociale, dans Les Frontière racialisées de la littérature française. Cet ouvrage érudit et passionnant dévoile l’articulation entre la définition de la littérature française et la violence symbolique de la racialisation. Un essai qui prend une résonance toute particulière en cette période de crispations identitaires

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion