Cinéma

La vie comme une toupie

Diariste facétieux, Alain Cavalier regarde la mort en face dans Etre vivant et le savoir, un film à la première personne. Il y déploie son art unique de l’essai, ludique et poétique.
La vie comme une toupie
PATHÉ FILMS
Essai

Cinéaste devenu humble «filmeur», le Français Alain Cavalier pratique son art en solitaire. L’œil rivé à sa mini-caméra, il tient un journal vidéo où il puise régulièrement la matière de ses films, ­explorations intimes aux allures expérimentales. C’est encore le cas avec Etre vivant et le savoir, qui doit sans doute sa sortie romande à une projection cannoise en séance spéciale, après plusieurs réalisations restées inédites. A l’origine, une idée

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion