Genève

Contre la rupture scolaire, un mentorat?

Une initiative demande le droit pour chaque jeune en difficulté à bénéficier d’un mentor, qui l’aide à se réinsérer ou ne pas décrocher en faisant notamment le lien avec la famille et l’école.
Contre la rupture scolaire, un mentorat?
Le mentorat offert par l'association Reliance est victime de son succès et la liste d’attente est longue. PIXABAY/CC/PHOTO PRÉTEXTE
Jeunes

«Tout élève, tout jeune en difficulté qui en fait la demande a droit à la mise en place d’un mentorat.» Voilà un nouveau droit constitutionnel que propose l’initiative Personne dans la marge, lancée par l’association éponyme. Ce droit fondamental devrait être garanti par l’Etat, chargé d’organiser un mentorat individuel et ciblé jusqu’à 25 ans au moins en vue de la réussite scolaire ou de l’insertion professionnelle du jeune en difficulté. Le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Testez-nous
Au mois de juin,
nous vous offrons l'essai web 2 mois
profitez-en!

Connexion