International

«On peut gagner par des luttes généralisées»

Figure marquante de Mai 68 à Paris, Alain Krivine, du NPA, a été surpris par les potentialités d’un mouvement de masse spontané. Cinquante ans après, il en tire les leçons.
«On peut gagner par des luttes généralisées»
«On dit bien à la population que ce n’est pas par les élections qu’on peut gagner, mais par des luttes généralisées.» OLIVIER VOGELSANG
Mai 68

Il avait 27 ans en mai 1968. Figure marquante du mouvement de la jeunesse de cette époque, arpentant les barricades du quartier latin, Alain Krivine est aujourd’hui toujours porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) aux côtés d’Olivier Besancenot. Il partage avec les lecteurs du Courrier les enseignements qu’il tire des événements de Mai 68 et les conséquences durables de ce soulèvement populaire. Il s’agit ici de la suite d’un entretien, réalisé à Lausanne, dont

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion