Musique

Un Roi coupé en deux

A Genève, semi-réussite pour le semi-opéra King Arthur de Purcell, musicalement très abouti mais théâtralement décevant.
Un Roi coupé en deux
Les costumes et décors témoignent d’un imaginaire visuel hétéroclite et foisonnant. CAROLE PARODI
Opéra

C’est une œuvre assez déroutante que ce semi-opéra (mask opera, masque en français) de 1691, combinant les vers de John Dryden et la musique de Henry Purcell. Ce n’est pas une musique de scène, puisque la plupart des parties musicales sont chantées et s’intègrent à l’action dramatique; ce n’est pas non plus un opéra à proprement parler, puisque tous les rôles principaux sont parlés, le chant étant dévolu aux seuls

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion