Solidarité

La culture kurde au rancart

A Diyarbakir, la grande ville kurde du sud-est de la Turquie, le gouvernement d’Ankara rend la pratique de la langue kurdes toujours plus difficile. Mais la résistance est vive.
La culture kurde au rancart
A Diyarbakir, les Kurdes profitent des célébrations de Newroz ( ici en 2017), la fête du printemps, pour revendiquer plus de droits et plus d’autonomie. KEYSTONE
Kurdistan turc

En ce début de mois de mars, dans les allées du nouveau centre des congrès de Diyarbakir, les autorités locales de la métropole kurde du sud-est de la Turquie organisent un salon du livre. A l’extérieur, des canons à eau et des véhicules militaires montent la garde, tandis que dans le hall d’entrée une dizaine de policiers fouillent les sacs et les personnes sous de larges portraits d’Atatürk – le fondateur

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion