Solidarité

Après les combats, la gentrification

Le gouvernement islamiste tente de profiter des destructions pour démanteler ce bastion du mouvement kurde qu’est le centre historique et populaire de Diyarbakir.
Sur ÖNDER UYGAR SIMSEK
Kurdistan turc

Doucement, Diyarbakir, la capitale des régions kurdes de Turquie se réveille d’un long cauchemar. Sur la place centrale de Sur, le quartier historique de la ville, les habitants viennent profiter du soleil sur les terrasses de café entre deux emplettes. Pourtant, jusqu’à la mi-mars, une toute autre scène s’y déroulait. Pendant trois mois, les blindés de l’armée turque et les forces spéciales y ont donné la chasse aux militants kurdes,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion