Arts plastiques

Le Caire, «challenge émotionnel et intellectuel»

Pourquoi les artistes suisses affectionnent-ils la capitale égyptienne? Témoignage de Céline Burnand, qui réalise son troisième séjour au Caire.
Céline Burnand. ESTELLE SPIRIG
Témoignage

Evoquez Le Caire et leurs yeux s’illuminent: à l’image de Sandrine Pelletier, Anne-Sylvie Henchoz ou Yan Duyvendak, dans la foulée des «pionniers» qu’ont été Jean Crotti et Jean-Luc Manz, les artistes partis vivre temporairement sur place en gardent en général des souvenirs éblouis; de même que des liens souvent étroits avec la cité, où ils retournent volontiers. C’est le cas de l’artiste Céline Burnand, membre fondatrice du collectif RATS, partie

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion