Livres

Charles Palant, dernier témoin

Dans “Croire au matin”, cinq écrivains français dialoguent avec le rescapé d’Auschwitz.
Ces regards croisés nourrissent des réflexions intimes universelles. DR
littérature française

«Je ne crois pas avoir jamais cédé aux fallacieuses promesses du grand soir, écrivait Charles Palant (1922-2016). Je ne cesserai jamais de croire au matin.» La formule donne son titre à Croire au matin, où cinq écrivains français dialoguent avec l’un des derniers survivants de l’horreur nazie, le résistant et militant communiste Charles Palant. Elisabeth Brami, Noëlle Châtelet, Alexandre Jardin, Mazarine Pingeot et Alice Jenitzer ont chacun passé quelques heures

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion