Économie

Un (troisième) pilier d’inégalités

Alors que la prévoyance privée croît, elle traduit des disparités tenaces: les femmes cotisent moins.
Un (troisième) pilier d’inégalités 2
L'écart de cotisation au 3ème pilier entre les hommes et les femmes reflète les inégalités encore tenaces dans le monde du travail. PIXABAY/CC
Prévoyance vieillesse

Moins bien dotées en termes de prévoyance professionnelle, on pouvait s’attendre à ce qu’une plus grande proportion de femmes se constituent un pécule individuel complémentaire par le biais du troisième pilier. Ce dispositif a justement été créé pour combler des lacunes de prévoyance. Et pourtant, là aussi, elles sont moins nombreuses que les hommes à cotiser régulièrement: 55% contre 62% d’hommes, parmi la population active ­(25-64 ans). C’est ce qui

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion