Cinéma

Thérapie par l’horreur

A Lausanne, le LUFF Festival invite le réalisateur japonais Hisayasu Sato à présenter ­quatre films tirés de son œuvre débordante et transgressive.
A voir au LUFF dimanche DR
Cinéma

Aux yeux des amateurs de cinéma japonais underground, le nom d’Hisayasu Sato a longtemps été associé à un certain nombre d’images stupéfiantes de violence publiées dans une série d’ouvrages spécialisés. Durant toutes les années 1990, il fallait s’en contenter. Les films eux-mêmes étaient difficiles à voir. Quelques rares VHS ­japonaises ou américaines circulaient sous le manteau, se copiaient dans les cercles d’initiés. Et seuls pouvaient les regarder celles et ceux

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion