Scène

Une chambre pour Lucrèce

Au Théâtre du Grütli, Frédéric Polier se met à l’opéra avec Le Viol de Lucrèce de Benjamin Britten. Intimiste et cathartique.
Annina Haug (Lucrèce) dans l’œuvre finement ciselée de Britten DR
Opéra

L’Opéra est un art exigeant, c’est entendu. Et gourmand. C’est (en bonne partie) pour cela qu’il niche principalement sur de vastes scènes, généreusement éclairées et somptueusement décorées. Il y côtoie une population aisée, qui aime parfois à ne pas cacher cette aisance. Pourtant, à l’heure où les caméras d’Arte immortalisent les grands airs qu’il arbore en déclinant ses trois Figaros aux Nations, l’Opéra se livre aussi, non loin de là,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion