Scène

Orphée à travers le miroir

La nouvelle production lyrique lausannoise, mise en scène par Aurélien Bory, suggère de transcender la finalité de la mort par l’amour et l’art.
Orphée à travers le miroir
En quête de son Eurydice, Orphée est porté par la musique à travers les enfers. ALAIN HUMEROSE
Opéra

Dans un camaïeu de gris anthracite zébré de quelques fulgurances lumineuses, emmené par les transports instrumentaux de l’Ouverture d’Orphée et Eurydice de Christophe Willibald Gluck, Orphée le mythique poète musicien se hisse de la fosse de l’orchestre sur la scène de l’Opéra de Lausanne. Accablé par la perte de son épouse bien-aimée, le rôle-titre, assuré avec vaillance par le ténor français Philippe Talbot, s’avance en titubant vers le corps de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion