Solidarité

Une plainte qui fait de l’ombre à Morales

Le gouvernement bolivien accuse l’ex-ambassadeur Pablo Solón d’avoir usurpé ses fonctions en 2011. Malaise alors que cette figure de la gauche ne mâche pas ses critiques envers le président bolivien.
Pablo Solón Montrealite/Wikimedia Commons
Bolivie

Le président Evo Morales s’en prendrait-il à tort à d’anciens compagnons de lutte et collaborateurs? La plainte pénale déposée en juin par son vice-ministre de la Transparence contre le renommé activiste et ex-ambassadeur Pablo Solón et le journaliste Rafael Archondo laisse planer le doute. Le premier est accusé de «nomination illégale» pour avoir prétendument appeler le second à le remplacer abusivement au poste d’ambassadeur auprès des Nations Unies à New

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion