Solidarité

Sur les traces de Klaus Barbie

La Seconde Guerre mondiale a pris fin il y a septante-cinq ans. L’une de ses plus sinistres figures, Klaus Barbie, demeure pourtant bien présente en Bolivie. Reportage dans les pas du «boucher de Lyon».
Sur les traces de Klaus Barbie
La Paz, capitale d’une Bolivie chaotique, propice à la planque d’un des pires fugitifs du nazisme. CAMILLA LANDBO
Bolivie

Au cœur de la ville, entre les hommes d’affaires pressés, les amoureux qui s’embrassent sur les bancs et les indigènes en robe colorée, il flânait souvent sur la promenade. On dit qu’il y marchait et bavardait parfois pendant des heures. Lui, Européen blanc, dont tout le monde se souvient comme d’un homme bien habillé et très amical – jusqu’à aujourd’hui. Il a vécu en Bolivie pendant trente-deux ans. La plupart

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion