Solidarité

La Cour constitutionnelle freine les accords de paix en Colombie

Le parlement ne pourra plus avoir recours au «fast track». Les opposants au processus de paix jubilent.
Vers une paix partielle en Colombie 1
Malgré la mobilisation en faveur de la paix en Colombie (ici en septembre 2016 DR
Exergue

«On comprendra l’énorme préoccupation des FARC suite aux récents jugements de la Cour constitutionnelle. (…) Nous défendons la paix et la vérité (…). Nous attendons vos actes, M. le président, et que vous honoriez votre parole. Quant à nous, nous ne ferons pas défaut à la Colombie.» C’est en ces termes que Timoléon Jiménez, chef des Forces armées révolutionnaires (FARC), a fait part au président Juan Manuel Santos de la crise

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion