Cinéma

L’envers du décor

Avec «L’Opéra de Paris», Jean-Stéphane Bron nous plonge au cœur de l’institution, déclinant brillamment ses mille facettes.
Le cinéaste suisse convie le spectateur à un kaléidoscope de points de vue sur l’Opéra de Paris. FRENETIC FILMS
Documentaire

Sur le générique d’entrée, le prélude des Maîtres chanteurs de Wagner. La puissance de la musique est là d’emblée, mais aussi, symboliquement, son pouvoir fédérateur. Car les Maîtres chanteurs sont tous des artisans: cordonniers, ferblantiers, tailleurs ou boulangers. C’est à ce rassemblement de toutes les énergies vers un but artistique commun que ­s’intéresse L’Opéra de Paris. Sur la scène, partie visible de l’iceberg, le spectateur braque  ordinairement ses jumelles; et

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion