Édito

Exit: digne dans la mort, et avant

Aide au suicide

Il devait mourir le 18 octobre, avec l’aide d’Exit. La justice genevoise a interdit à l’association d’aide au suicide d’aller au bout de la démarche. Car deux des frères de l’octogénaire ont porté plainte contre celle-là. L’arbitrage de cette situation douloureuse, la fratrie seule peut le mener. En attendant, ces proches qui ont refusé d’être bientôt des survivants et voulu prêter assistance à leur frère rappellent la complexité de l’aide

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion