Solidarité

Thomas Sankara réincarné

Un mémorial consacré au «Che» africain devrait voir le jour dans la capitale burkinabè, vingt-neuf ans après son assassinat. Reportage à Ouagadougou.
Marche organisée pour le lancement du projet de mémorial Thomas Sankara à Ouagadougou. Sophie Garcia
Burkina Faso

L’impérialisme! – À bas!, répond la salle. Le néocolonialisme! – À bas! Honneur au peuple! La patrie ou la mort, nous vaincrons!» Les harangues de Thomas Sankara, le révolutionnaire qui a dirigé le Burkina Faso de 1983 à 1987, devenu une véritable icône de la jeunesse du continent africain, ont résonné à nouveau dimanche, vingt-neuf ans après son assassinat, dans l’amphithéâtre de la Maison du peuple de Ouagadougou. Plus de

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion