Solidarité

Surdité: le Burkina ouvre la voie

A l’occasion de la première Journée internationale des signes, la directrice d’une école novatrice du Burkina et trois de ses élèves sourds étaient invités en Suisse.
Le Burkina ouvre la voie
Les enfants sourds apprennent la langue des signes dès le plus jeune âge au Cefise de Ouagadougou, qui dispense un enseignement dans les deux langues. A l’arrière-plan, la fresque réalisée par Karelle Ménine et des élèves burkinabè. KARELLE MENINE
Burkina Faso

«Il n’y a pas deux mondes, un pour les entendants et un pour les sourds, mais un seul!» La Burkinabè Thérèse Kafando rappelle, le sourire aux lèvres, les mots de son défunt mari, Abel Kafando. Après un doctorat obtenu aux Etats-Unis, le pasteur avait créé en 1988 à Ouagadougou une école inclusive intégrant élèves sourds et entendants dans les mêmes classes, avec un enseignement adapté en langue des signes. Aujourd’hui,

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion