Cinéma

Destin d’une diva ratée

Dans Florence Foster Jenkins, Stephen Frears évoque l’itinéraire de la pire chanteuse d’opéra de l’histoire, entre loufoquerie et empathie.
La relation amoureuse entre la cantatrice (Meryl Streep) et son manager (Hugh Grant) contraste avec le grotesque de certaines situations. PATHE FILMS
Cinéma

Il suffit d’écouter la radio pour s’en convaincre: point n’est besoin d’être exceptionnellement douée pour devenir une chanteuse à succès. Dans le genre «je n’ai pas de voix, mais vous allez m’entendre», Florence Foster Jenkins (1868-1944) bat néanmoins tous les records! Voilà une dame dont le timbre évoquait tantôt une grenouille en rut, tantôt un canard asthmatique ou la fraise du dentiste, ce qui ne l’empêcha pas d’atteindre une célébrité

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion