Cinéma

Une hirondelle électrique

«À PEINE J’OUVRE LES YEUX» DE LEYLA BOUZID
TRIGON-FILM
Cinéma

Tunis, été 2010. Farah a l’insouciance et la fougue de ses 18 ans. Rayonnante et rebelle, elle chante dans un groupe de rock subversif et flirte avec son parolier Borhène. Sa mère, qui voyait déjà tout cela d’un mauvais œil, prend peur en apprenant que l’adolescente est dans le collimateur de la police secrète de Ben Ali. Entre intimidations et trahisons, Farah connaîtra bientôt le goût amer de la désillusion… Fille

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion